1) Prendre la décision

« Faire le tour du monde »… De prime abord, cela ferait rêver (presque) tout le monde. On pense vacances, farniente, grands espaces, plages, cocotiers…
Certes, il y a un peu de ça. Mais faire le tour du monde c’est aussi se résoudre à lâcher son job, ses proches, son chez soi, sa ville ou sa campagne, ses habitudes et son confort

Bebe globetrotter (74)

C’est supporter le dépaysement, l’itinérance, le sentiment d’insécurité, l’hygiène parfois précaire, les soins de santé « basiques », la promiscuité…
Mais lorsque l’on a pris la décision, plus rien ne peut nous arrêter (ou presque…).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*