2) L’annoncer à ses proches

Pour notre part, cela a été la phase la plus compliquée. Les réactions de nos proches ont oscillé entre enthousiasme débordant et soupe à la grimace.

Bebe globetrotter  (33)
Du côté de nos parents, notre choix a été difficile à comprendre. Ils ne voyaient pas pourquoi nous décidions de changer si brutalement de vie alors que pour eux, nous « réussissions » notre vie (en couple, propriétaires avec des bons jobs). A travers ce projet, ils voyaient surtout la distance, l’absence, le risque et l’insécurité. Il nous a fallu nous armer de patience pour leur faire entendre que ce choix était raisonné et leur montrer tout ce que cette aventure allait nous apporter.

Du côté de nos amis, nous avons plutôt pu lire « l’admiration » (« vous êtes courageux, je ne pourrais pas le faire ») et l’envie dans leurs réactions associées à la déception de nous voir partir et pour certains à nous considérer un peu comme des « fous » !

Bebe globetrotter  (11)
L’arrivée d’un bébé dans notre vie n’a pas simplifié les choses, vous l’imaginez ! A ce moment là, pour beaucoup, nous sommes vraiment devenus irresponsables. Il a fallu alors souvent nous justifier sur notre choix de maintenir ce projet.
Pour cette étape, il est important d’avoir un élément « moteur » et surmotivé dans le groupe. Personnellement, le sentiment de culpabilité lié au fait « d’abandonner » nos proches et de les « priver » de notre fils aurait pu me faire renoncer au projet je pense. Hugo m’a régulièrement re boosté !

2 Des réflexions sur “2) L’annoncer à ses proches

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*