Kazakhstan – partie 3

Salam ! Dobre utra !

Le16 août, de retour à Almaty (Kazakhstan), on se lance dans la procédure pour obtenir le visa russe, indispensable pour se rendre en Mongolie (sauf si l’on souhaite traverser par la Chine mais attention ! Là, niveau budget, c’est plus pareil !). Un visa de transit (qui accorde 3 à 5 jours) est normalement suffisant pour parcourir les 900 km qui séparent la frontière de Mikhaylovka de celle de Tashanta.

La procédure pour le visa de transit est assez simple : il faut se rendre à l’ambassade, ouverte le mardi de 10h à 12h et le vendredi de 15h à 17h, muni des originaux et photocopies des passeports, carte grise du véhicule, permis de conduire, carte d’immigration kazakh (petit papier remis à la frontière), d’un formulaire signé (à remplir sur l’application https://visa.kdmid.ru/), d’une photo d’identité et (le plus compliqué à obtenir si on ne s’y est pas pris à l’avance), d’un original d’attestation d’assurance santé mentionnant votre couverture sur le territoire russe pendant les dates de votre séjour. Ceci dit, nous avons remis une copie et ils ne nous ont jamais demandé de leur montrer l’original. 7 jours et 35 dollars plus tard, vous obtenez votre visa. Si vous êtes pressé, vous l’avez en 72h pour 70 dollars.

En attendant, on va prendre le frais dans les montagnes aux alentours d’Almaty où Léon expérimente sa draisienne fraîchement trouvée dans un magasin de jouet de la ville. De notre côté, on se lance dans un grand ménage et du bricolage bien mérités !

Un séjour chez Isuzu s’impose aussi. Notre problème de FAP persiste et signe ! On récupère des pièces de rechanges et on nous laisse accès à l’atelier pour faire vidange et remplacements des filtres (air, huile, diesel et habitacle). Un grand merci à toute l’équipe d’Isuzu qui nous a, une fois de plus, beaucoup aidés et tout particulièrement à Kaisar, commercial francophone !

Le 23 août, jour de l’anniversaire d’Elo, on est invités chez Tamasha (rencontrée au Kirghizistan) et ses sœurs Zhybek et Aïcha pour déguster le plat national, le Beshbarmak, une préparation à base de cheval. Une première pour Elo ! On est reçus comme des rois et on passe une excellente soirée. Léon s’éclate avec Alekhan, le fils de Tamasha. Mille mercis pour cet anniversaire inoubliable !

Visas en poche, on quitte la ville et on se lance à l’assaut des 1200 km qui nous séparent de la frontière de Shemoinaikha. Un petit crochet par la vallée de la rivière Ili nous offre une jolie pause rafraîchissante.

On commence notre immersion dans la culture bouddhiste grâce aux pétroglyphes tibétains que l’on peut admirer au bord de la rivière.

Les bivouacs se succèdent…

… quand un matin, on croise un véhicule français qui semble être aménagé pour le voyage. Après plusieurs kilomètres et quelques démonstrations de testostérone, on finit par s’arrêter et on fait la connaissance d’Albane, Manu et de leurs 3 filles Erika (8 ans), Salomé (6 ans) et Pénélope (4 ans) partis de Paris pour 1 an.

On ne se quittera plus pendant les 3 jours qui suivront. Entre les heures de route dans la steppe (longues et rébarbatives niveau paysage), on fait des pauses rivières où Hugo chahute avec les filles (qui le lui rendent bien). Batailles d’algues puantes et « tours de manèges » sont au programme…

On se trouve des supers bivouacs où les gosses passent leur temps à chasser la grenouille et les serpents aquatiques ! On partage nos soirées autour de feu de camps. Une fois les enfants couchés, les apéros entre potes sont au top !

Une centaine de bornes avant la frontière, on se quitte dans l’espoir de se retrouver quelque part en Mongolie… De notre côté on se pose dans un petit coin de paradis au bord de la rivière Irtysh. Un moment de repos agréable après tous ces kilomètres avalés…

Dans le village tout proche, alors que nous cherchons à acheter des pommes de terre, nous rencontrons Liuda qui nous invite à la suivre chez elle pour nous offrir quelques patates du jardin. Finalement, son amie Tatiana et elle improvisent un super repas et nous repartons avec au moins 15 kilos de fruits et légumes du potager ! Merci à vous pour votre incroyable gentillesse…

Le lendemain matin, c’est Anatoli qui toque à notre fenêtre alors qu’il promène son chien, pour nous offrir des mûres qu’il vient de ramasser. Il nous invite lui aussi dans sa maison où nous faisons la connaissance de sa femme, Raya. Nous enchaînons un deuxième petit déjeuner et repartons encore une fois, les bras chargés de cadeaux ! Un grand merci à tous les 2 ! Grâce aux réseaux sociaux, on gardera contact avec ce papi hyper connecté…

Il est temps à présent pour nous de tourner définitivement la page du Kazakhstan et de nous aventurer vers d’autres contrées. Le déroulement du voyage nous a conduit à entrer et sortir de nombreuses fois du territoire à différents endroits. L’arrivée à l’ouest, au bord des côtes de la Caspienne a été très dépaysante. Nous faisons nos premiers pas en Asie Centrale et découvrons son désert : chameaux, rongeurs curieux et grandes steppes vierges d’habitants… On adore.

Puis, le long de la chaîne des Tian Shan, les paysages prennent du relief. Les rencontres avec la police nous laissent amer. La population accueillante est cependant, la principale victime de cette corruption… A Almaty, ville moderne et active, nous progressons en russe. En effet, ici (comme dans beaucoup d’endroits du pays), la population reste très influencée par la Russie et parle essentiellement le russe. Certains kazakhs ne connaissent même pas leur langue maternelle !

 

Avec le temps, on finit presque par apprécier cette ville d’héritage soviétique. Malgré de nombreux points d’intérêts, le territoire est tellement étendu et les routes si monotones qu’il est difficile de l’apprécier à sa juste valeur. Grâce à ces dernières semaines de route vers le nord et ces très jolies rencontres, nous partons plein de beaux souvenirs en tête et regonflés à bloc pour aborder la suite du voyage…

Dasvidanja

2 Des réflexions sur “Kazakhstan – partie 3

  1. Hi,my name yoriko matsuoka. Stop the car in my park lot. So. I am glad to meet you! My father disease of the brain.He likes English very well.Today He is bad day.sorry!But he really friendly.My mother wants to meet you again.me too.l wanted talk you more.We are friends!! Have a nice trip! It is wonderful story!See you some day!!Come here again!

  2. Stop the car in my parking a lot.So. lam glad to meet you.My father disease of the brain.He likes speak English very well.Today he is bad day.sorry.But.he really friendly.My mother wants tn meet you!me too! It is wonderful story.See you some day!l want to meet you again!We are friends!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*