Colombie – partie 1

Buen dia amigos !

La voiture installée sur son cargo, nous décollons le 23 avril de Panama City vers Carthagène des Indes, en Colombie. Comme à son habitude, Léon s’adapte à tout le temps d’une sieste…

A Carthagène, nous posons nos sac à dos dans un Airbn’b à quelques kilomètres de la ville fortifiée, en attendant l’arrivée de notre maison roulante. Nous sommes proche d’un marché, le plus sale et malodorant que l’on ait jamais vu. On observe beaucoup de misère dans les rues où les gens passent la nuit sous les toboggans et les balançoires. Les migrants Vénézuéliens qui ont fui la situation désastreuse de leur pays sont aussi très nombreux ici. Nous retrouvons rapidement Jess et Vero et les PaVaMaë, d’autres voyageurs français au long cours que nous avons rencontré précédemment au Mexique puis au Panama pendant que nous préparions nos shippings respectifs.

Au parc du Centenario, nous allons faire connaissance avec les monos titis ces petits singes à crête trop mignons mais aussi avec une famille de paresseux et des écureuils roux.

Ensemble, nous allons aussi arpenter les magnifiques ruelles de la ville coloniale fortifiée, la perle de la Colombie, où les riches maisons aux balcons de bois débordent de bougainvilliers.

Les palanqueras, descendantes des esclaves africains, échangent leurs fruits et leurs sourires vêtues dans leurs tenues traditionnelles caribéennes, contre quelques pesos.

Nous profitons du coucher de soleil sur les Caraïbes et de la vue sur la ville moderne et ses tours de verre.

Sortis des remparts, le quartier plus populaire de Getsemani recèle aussi ses petits trésors d’architecture. Ici la vie nocturne de la ville bat son plein.

Et les artistes laissent libre court à leur imagination sur les murs et les toits de la ville…

Alors qu’il est l’heure pour nous de rentrer, les locaux partent s’ambiancer dans des visites de la ville à bord de « bus discothèque » qui déversent une musique latine assourdissante.

Nous inscrivons rapidement Léon à la maternelle du quartier dans lequel nous résidons. Et c’est fier et heureux, qu’il prend pour la première fois le chemin des écoliers !

Après l’effort, le réconfort. A l’occasion de la visite d’un musée du cacao en centre-ville, Léon a droit à un atelier de confection de chocolat d’où il ressort avec son petit paquet plein de chocolats fourrés par ses soins. Un délice !

Pour son dernier jour d’école, alors qu’Hugo se bat avec les formalités administratives pour sortir notre véhicule des douanes (la démarche complète sans agent ici), Léon partage un ultime moment avec ses camarades autour d’une belle tarte aux fruits. Huuummmm…

Notre liberté nouvellement retrouvée, nous fuyons la chaleur étouffante de Carthagène et nous dirigeons vers les hauteurs de Santa Marta, à Minca. Nous retrouvons le plaisir de marcher et de dormir dans la végétation luxuriante de la jungle.

Alors que nous nous rafraichissons dans les pozos azules, nous faisons une rencontre incroyable avec des grenouilles de cristal à la peau si fine que l’on peut observer leurs organes à travers. Les petits amphibiens ont fraichement mué. Certains conservent encore leur flagelle de têtard. Une autre espèce s’invite aussi à la fête.

Nous prenons la direction du cerro Kennedy en espérant admirer la vue sur les sommets enneigés de la Sierra Nevada toute proche. Mais les conditions de la piste et la météo couverte nous poussent à rebrousser chemin. La ballade est tout de même l’occasion d’observer de superbes espèces animales et végétales.

Nous nous rendons ensuite à la Finca (exploitation agricole) San Rafael où nous espérons découvrir les champs de cacao et le procédé de transformation vers le chocolat. Nous sommes accueillis par Manuel qui nous fait découvrir cet endroit incroyable où cacao, café, avocats et mangues sont cultivés de manière totalement biologique et respectueuse de l’écosystème.

A la fin de la visite, nous profitons de la dégustation de café et chocolat chaud et expérimentons le gommage au caco dans un cadre magnifique où les oiseaux sont au paradis.

En route vers la région de Santander, nous suivons un chemin de terre pour quitter un peu l’autoroute et voir du pays. Nous sommes alors arrêtés par des membres de l’ELN, organisation politique révolutionnaire armée et dangereuse. Après une fouille de notre véhicule, ils tentent de nous extorquer de l’argent allant jusqu’à nous menacer de nous kidnapper. Après de longues négociations, des supplications et quelques larmes, ils finissent par nous laisser partir, en ne gardant que notre appareil photo (d’où la piètre qualité des prochaines photos). Plus de peur que de mal donc ! Mais une très très grosse frayeur ! Le soir même, le destin s’en mêle et nous retrouvons Vero et Jess qui bivouaquent à quelques centaines de mètres d’où nous nous trouvons. Nous partageons nos émotions autour d’un repas. Merci à vous les amis !

Nous prenons ensemble la direction du village de la Playa de Belen, très charmante bourgade coloniale située dans la zone naturelle des Estoraques. Nous partons nous aventurer au milieu de ces belles formations géologiques.

Les fourmis aussi parent l’entrée de leur cité de formation étonnante

Vero et Jess reprennent la route pendant que nous restons au village à patienter avant l’arrivée d’un couple d’amis qui nous rejoignent en Colombie pour 1 mois. Nous prenons nos marques dans ce joli village où la vie s’écoule tranquillement. Léon se fait plein de copains qui viennent le chercher pour jouer au parc. Nous allons assister au spectacle folklorique du village où petits et grands s’en donnent à cœur joie.

Au moment de quitter le village, nous faisons la connaissance de Mayerly, une ingénieur qui vient inspecter le travail d’ouvrier dans le village. Elle nous invite le lendemain à partager un moment avec sa famille dans leur belle maison d’Ocaña. Nous sympathisons très vite avec son mari Fabian et Léon avec ses charmants enfants Jeronimo et Federico. On se sent vraiment bien avec cette belle famille. Et nous passons la soirée avec eux avant de rouler vers Bucaramanga pour attraper nos amis à la station de bus, et de nous lancer avec eux, dans de nouvelles aventures…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*