Colombie – partie 3

Nous atteignons Medellin, connue comme le fief du trafiquant de drogue Pablo Escobar et siège d’une violente guerre dans les années 80-90. Nous suivons une visite guidée de la Communa 13, un quartier impénétrable il y a quelques années et célèbre aujourd’hui pour ses murs recouverts de magnifiques graffitis porteurs de messages, bien souvent de paix.

Nous apprenons avec intérêt comment se sont créés clandestinement au début du XXème siècle ces quartiers grimpant de plus en plus haut sur les collines de la ville jusqu’à les recouvrir entièrement, la lutte de ses habitants pour avoir le droit d’y vivre et d’accéder aux infrastructures de base telles que l’eau et l’électricité. Nous apprenons aussi comment se sont créés les groupes politiques d’extrême gauche tels que les Farcs, soutenus par Castro, et l’ELN. Puis les milices ayant pour objectif de faire régner l’ordre dans ces quartiers où la police n’entrait pas, mais qui, petit à petit, rongées par les vices de l’homme, se sont mises à racketter, extorquer et faire régner la terreur. Et les paramilitaires employés par « les riches » pour les défendre face à toutes ces menaces. Et enfin comment tout ce pot pourri, immiscé dans un trafic de drogue grandissant, a tristement glissé vers une violente guerre.

Notre guide a conclu son tour sur une question posée par un visiteur à propos des accords de paix récemment signés entre le gouvernement et les groupes politiques opposants. Selon lui, la paix est très fragile voire inexistante. Mais le plus important est de profiter de l’accalmie qui règne dans les quartiers pour favoriser l’éducation de la jeunesse. D’énormes efforts sont faits à Medellin pour ouvrir ces jeunes à l’art, au sport, à la culture, aux langues étrangères… pour désacraliser la violence et l’argent facile… On ne voit plus aujourd’hui de jeunes armés dans les rues, chose courante il y a encore quelques années. Ces enfants fêtent l’arrivée des vacances en improvisant joyeusement un ventriglisse dans leur rue.

Outre le développement de ses quartiers, la ville de Medellin se modernise à vitesse grand V. La place principale est ornée des fameuses statues « grande taille » du célèbre artiste colombien Botero.

Son jardin botanique, gratuit, est un véritable havre de paix au milieu de l’agitation urbaine.

Assez d’agitation urbaine pour nous ! Nous fuyons déjà à travers plantations de café et de bananiers en direction du petit village de Jardín.

Son climat, ses maisons aux façades bariolées et sa grande place aux terrasses de café animées respirent la douceur de vivre.

De plus, les alentours du village offrent de superbes balades dans la nature.

Nous avons la chance d’y découvrir une faune aviaire incroyable, dont le coq de roche à la couleur rouge écarlate.

Après avoir suivi une superbe piste à travers une végétation dense et une faune toujours riche…

…nous quittons Jardín et rejoignons la route principale vers le sud, en direction de Manizales. Le trajet est long et ennuyeux, semé de travaux. La zone est propice à la culture d’agrumes.

Nous nous engageons sur le sentier qui monte jusqu’à Potosi, au pied des Nevados Ruiz et Santa Isabel. La piste, détrempée, est un vrai bourbier semée de nids d’éléphants. Le dernier obstacle aura raison de notre 4×4 qui y laisse quelques plumes et de son pilote en proie à des sueurs froides. Aubin, Hélène et Hugo terminent les 2 derniers km à pied afin d’atteindre le refuge dont le propriétaire viendra gentiment nous sortir de là !

Le paysage en haut est splendide. Après les brumes matinales, nous avons la chance de bénéficier d’une journée ensoleillée et de jouir d’un panorama exceptionnel sur les glaciers.

Hugo n’est pas rassuré à l’idée de reprendre cette horrible piste à la redescente. Nous optons donc pour une autre piste qui file vers Villamaria, en bien meilleur état et toujours dans un cadre magnifique. Nous croisons le laitier qui parcoure courageusement la vallée pour collecter les boilles des fermes avec sa mule.

Nous roulons toujours plus au sud pour atteindre la région du Quindio, célèbre pour sa production de café. Le village de Filandia revêt une architecture très typique de la région tout à fait charmante. Ici, toute la population a adopté la Jeep Willys, refourguée par les américains après la 2nde Guerre Mondiale.

Nous décidons de quitter le village à pied pour suivre un chemin qui mène à la cascada escondida (cachée). Nous comprenons rapidement sa dénomination au vue de son accès quasi impraticable. La végétation humide et luxuriante de bord de rivière voit se développer une population d’insectes tous plus fous les uns que les autres. Les chenilles gagnent ici le concours de pilosité !

A l’occasion de la fête des pères, Aubin et Hélène découvre la bandeja paisa, plat typique de la région d’Antioquia comprenant au minimum des haricots rouges, de la saucisse, de la viande hachée, des bananes plantains, un œuf, de l’avocat et une arepa (galette de maïs). Léger et digeste ! 😀 La cuisine colombienne est globalement très riche en graisse et protéines. Et la quantité de riz ingéré est astronomique.

Nous traversons la vallée pour nous diriger à présent vers Salento et sa célèbre valle del Cocora. Ici poussent les palmiers à cire, les plus hauts palmiers du monde pouvant atteindre 60 mètres de haut ! A la recherche d’un bivouac pour la nuit, nous atterrissons dans une finca (exploitation agricole) de bétail. Nous rencontrons Julian, le propriétaire qui nous explique que dès le lendemain, sa superbe maison devient un hôtel. En attendant, il nous propose de nous installer gratuitement dans le jardin et de partager avec lui et ses 2 filles un repas. Un grand merci à cette famille pour son merveilleux accueil !

Dès le lendemain, nous partons arpenter les sentiers de cette vallée de palmiers géants.

Après de bonnes heures de marche et de dénivelé, nous atteignons la Casa de Los Colibris, réputée pour être l’un des endroits où l’on peut observer le plus de colibris au monde. Nous sirotons notre agua de panela (panela fondu dans de l’eau chaude avec du citron) accompagnée de fromage et de chorizo en compagnie de ces magnifiques spécimens d’oiseaux mouche.

La redescente se fait à travers la jungle, le long de jolis ponts suspendus au dessus de la rivière que nous suivons.

Nous terminons la journée au mirador donnant sur toute la vallée…

…puis dans les ruelles de Salento, encore plus charmantes au coucher du soleil.

Une dernière piste nous permet d’amorcer le retour vers l’est et Bogota. Et nous installons notre bivouac dans une clairière, en plein milieu d’une forêt de pins dense. On est tranquille… mais alors tranquille….

Nous terminons en beauté avec cette piste bordée de palmiers à cire et de champs cultivés à flanc de colline !

En prime, nous faisons quelques jolies rencontres sauvages…

…et nous prenons un dernier bain dans les eaux chaudes descendant tout droit du volcan Machín. Nous déposons donc Aubin et Hélène frais et propres à l’aéroport de Bogota d’où ils s’envolent vers la France après un mois d’aventures passées ensemble. Un grand merci pour votre venue les amis, pour tous ces bons moments et pour le ravitaillement en produit du terroir !!! 😀 A très bientôt !

Et on vous dit aussi à très bientôt pour la suite de nos découvertes en Colombie ! En attendant, on vous régale des derniers spécimens de faune…

…et de flore croisés au détour de nos chemins.

 Hasta pronto !

10 Des réflexions sur “Colombie – partie 3

  1. Toujours aussi magnifique et bien conté …..De belles aventures dans un pays colorés, montagneux, dangereux, difficile, mais joyeux avec une faune et des oiseaux qui me ravissent …. Votre parcours et vos rencontres sont bien transmis et vivant . Merci pour ces moments de rêves . Bonne continuation et à bientôt …
    Bises a tous .
    Gilbert

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*