Kazakhstan – partie 1

Asälam Alekoum !

Après 12h d’attente au port d’Alǝt (Azerbaïdjan) pour prendre un ferry qui doit nous conduire au Kazakhstan par la mer Caspienne, on nous annonce à ¾ d’heure du départ que nous devons finalement retourner à Baku pour embarquer ! Nous voilà suivant les gyrophares éblouissants d’une voiture de police sur 75 km avec derrière nous, une colonne de pas moins d’une trentaine de poids lourds… Organisation au poil !

On attend jusqu’à 3h00 du matin pour prendre nos quartiers dans notre cabine « grand luxe », et ne partir finalement qu’à 7h00. Nous partageons le bateau avec de pauvres chevaux qui parcourent des milliers de km dans des conditions déplorables pour être mangés au Kazakhstan (les chevaux étant deux fois moins chers en Azerbaïdjan car on ne le mange pas !). Voilà où mène notre folie de la rentabilité !

Environ 24 heures plus tard et pour la « modique » somme de 440 dollars, nous arrivons sains et saufs (important de le préciser quand on sait qu’il y a assez régulièrement des naufrages sur cette ligne), au port d’Aktau.

Bien que nous ne restions que 3 jours dans le pays, le temps de rallier l’Ouzbékistan le long de quelques 550 km, nous avons estimé que cela valait bien un petit article car le dépaysement est totalement au rendez-vous :

1°- On troque les vestes et les pantalons pour les shorts et casquettes car on prend une énorme claque niveau température et ensoleillement (40C° à l’ombre). C’est comme si l’on rentrait soudainement en plein mois d’août.

2°- Pour changer de nos vaches, on observe nos premiers chameaux et dromadaire sur les bords des routes, pour la plus grande joie de Léon

3°- On passe d’un pays où l’on ne trouve pas un seul endroit dénué de présence humaine à des paysages de steppes et déserts où l’on peut faire 300 km sans trouver une station service. On découvre avec plaisir le « rien » à l’horizon !

4°- On fait rapidement connaissance avec une faune dense et peu farouche : chien de prairie curieux, lézards aux allures préhistoriques, tortues croisant lentement notre route, chevaux galopants librement, insectes en tout genre et surtout des bousiers géants trop rigolos dont l’observation occupe nos fins de journées avec Léon.

5°- On apprivoise aussi le concept de piste parallèle souvent en meilleur état que la route. Hugo slalome entre les différentes voies pour trouver la « moins pire » et éviter les nombreux tessons de verres. Il s’éclate sur les pistes ensablées !

Nos pauses nous conduisent vers des ballades dans la steppe qu’on a la chance de découvrir en fleur ! Qui a dit que la steppe était monotone ?

Les bivouacs sont à la fois simples à dénicher (le terrain est plat, les chemins assez peu fréquentés) et en même temps, on peine à trouver quelques reliefs pour se rendre un peu plus discret et pouvoir trouver des  » toilettes naturelles ». La pelle est alors notre meilleure alliée !

Cet avant goût de Kazakhstan nous laisse sur notre faim et ça tombe bien ! Nous retournerons croquer le pays à pleine dent plus à l’est, après un passage par l’Ouzbékistan.

Saw bol et à bientôt pour une découverte du voisin Ouzbek !

4 Des réflexions sur “Kazakhstan – partie 1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*