Malaisie

Bonjour ! Halo !

Quelques jours après avoir accueilli à Bangkok nos amis Melvin et Laura (recordwoman avec 5 visites déjà !) accompagnée de son cousin, Kevin, on se lance tous les 7 dans une courte escapade en Malaisie. Nous embarquons dans un train couchette pour 17 heures sur les rails à destination de la frontière Padang Besar. On enchaîne les parties de tarot endiablées et on ne voit pas le temps passer ! Arrivés à la frontière, l’entrée en Malaisie se fait facilement puis on monte dans une correspondance qui nous mène à Butterworth.

De là, on monte à bord d’un ferry pour aller découvrir l’île de Penang. Coup de cœur pour la ville de Georges Town, classée par l’UNESCO, réputée pour sa mixité culturelle : population multicolore ; architecture coloniale juxtaposée à des baraques sur pilotis, le tout sur fond de grattes ciel ultra modernes ; lieux de culte catholiques, musulmans, hindouistes, bouddhistes, taoïstes, confucianistes, anglicans… réunis parfois dans un même quartier ; restaurants et cuisine de rue malaise, indienne, chinoise, occidentale et métissée comme la cuisine nyonya… Savoureux et épicé !

Au grès de la promenade à travers ses rues, la ville révèle son histoire par de petites anecdotes mises malicieusement en images …

Pour notre plus grand plaisir, Georges Town se pare aussi de la fonction d’ambassadrice de l’art de rue, à un niveau plutôt aboutit associant dessin et détails 3D.

Le 4 mars, nous fêtons les 3 ans de notre Lord, tellement heureux de pouvoir partager ça avec nos amis. Pour l’occasion, il est invité par le serveur à préparer les cocktails. Après avoir englouti une pizza, et soufflé ses bougies, il dévore une délicieuse tartelette au citron meringuée! Le plus heureux des petits bonhommes…

Nous nous rendons au Parc national de Penang où une jolie balade bien balisée nous offre tout de même un premier contact avec la jungle malaise.

Au bout des sentiers, nos efforts sont récompensés par l’accès à de belles plages. Mais attention ! Ces bancs de sables en apparence paradisiaques abritent quelques habitants parfois peu hospitaliers…

De retour en ville, on fait un arrêt à l’immense complexe de temples chinois de Kek Lok Si. Allergiques au kitch, s’abstenir !

Nous quittons l’île dans une voiture de loc’ et partons à l’assaut de la Malaisie continentale. Le plaisir de découvrir les étendues infinies de verdure qui bordent les routes est rapidement contrarié par une triste constatation : cette végétation se résume à des milliards de palmier à huile responsables d’une véritable catastrophe écologique. Cette monoculture est en effet responsable d’une déforestation massive et de conséquences néfastes pour l’écosystème. Mais, en tant que 2ème producteur/exportateur avec 40% de la production mondiale, c’est une manne d’argent colossale pour le pays.

Nous fuyons la chaleur et la moiteur des plaines pour grimper dans les Highlands où les colons anglais venaient, à l’époque, se ressourcer dans la fraîcheur de leurs cottages. Ils profitèrent d’un climat plus clément pour installer ici des cultures chères à leur patrie : fraises, haricots, carottes, petits pois… Certains lords ont aussi fait fortune en initiant la culture du thé. Les paysages sont superbes !

Entre 2 visites de plantation de thé, on se rend dans un petit jardin aux papillons où l’on découvre de magnifiques espèces et des orchidées enguirlandées…

Dans la plantation de thé Boh, on observe les ouvriers en plein ramassage et on en apprend un peu plus sur les procédés de fermentation et de séchage du thé noir.

Nous redescendons de notre perchoir « climatisé » pour nous enfoncer plus profondément dans les terres et aller à la rencontre de la jungle, la vraie ! Le parc de Taman Negara protège la forêt primitive la plus ancienne au monde, vieille de 130 millions d’année ! Elle abrite entre autre des éléphants, des tigres, des panthères mais aussi des espèces végétales incroyables telles que la rafflésie, la plus grosse fleur de la planète.

Pendant 2 jours, on arpente les sentiers de randonnée et on squatte les observatoires. On se régale de l’atmosphère si spéciale qui règne ici : bourdonnements et sifflements permanent des insectes, chants étranges d’oiseaux, cris sporadiques d’animaux inquiétants. La végétation est à la fois magique et hostile. La nuit, ça devient carrément flippant ! Comble du frisson, en s’enfonçant plus profondément dans le parc, Elo croise à quelques centaines de mètres, un éléphant écrasant tout sur son passage pour poursuivre un randonneur qui a eu le malheur de le déranger. Belle poussée d’adrénaline !

 

Côté insecte, notre objectif en prend aussi plein la vue ! Un peu moins sympa, les sangsues deviennent nos compagnes quotidiennes de rando !

Nous quittons la jungle pour retourner vers la côte ouest. On profite des longues heures de route pour s’informer sur la situation politique complexe du pays. La Malaisie est une monarchie constitutionnelle unique au monde. Depuis l’indépendance en 1957 (merdeka), le roi est élu tous les 5 ans parmi 9 sultans héréditaires qui gouvernent les différents Etats. Chaque sultan gouverne à tour de rôle. Mais en 1994, le docteur Mahathir, premier 1er ministre, parvient après 10 ans de lutte, à supprimer les derniers pouvoirs du roi. Le roi et les sultans ont donc aujourd’hui un rôle politique purement symbolique mais ils restent les chefs de l’islam et les protecteurs des malais.

Malgré une tolérance apparente à l’égard des autres religions, l’islam tient une place primordiale au sein de la société malaise. Après des conflits raciaux entre malais et chinois suite à la déclaration d’indépendance, le gouvernement crée le concept de bumiputra (fils du sol), conférant un statut spécial aux Malais, Aborigènes et aux tribus de Bornéo dans le but de pratiquer une discrimination positive en leur faveur. Et, d’après la constitution, un Malais est une personne qui pratique l’islam. 99,5% des Malais sont donc musulmans ; ainsi pour se marier avec un(e) Malais(e), un non Malais doit se convertir.

Nous débarquons sur l’île de Pangkor afin de s’offrir un peu de farniente après toutes ces aventures.

On se régale à observer les calaos, ces incroyables oiseaux possédant une corne sur le bec, symbole de la Malaisie.

Plage, bronzette, baignades, snorkeling, cocktails, relaxation… Un moment attendu par nos amis vacanciers !

De retour à George Town la veille de notre retour en Thaïlande, on fait le plein de graffitis à ajouter à notre collection. On vous les fait, évidemment, partager ici…

C’est complètement lessivés après 10 jours de « baroudage » effrénés et un réveil très matinal que nous reprenons le train de Butterworth pour aller vers une nouvelle aventure thaïlandaise entre amis !

A bientôt !

2 Des réflexions sur “Malaisie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*